Retour au site


Soyez le ou la bienvenu(e) sur le forum du site Humour Canin.
Profitez de ce forum pour échanger sur les thèmes canin ! :-)


>> Créer un compte        >> Mot de passe perdu?
Login :
Pass :
Contacter l'administrateur

 
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
antartica(version walt disney)Posté le 28-12-2006, à 19:26  
une aventure magnifique.si vous avez vu le film ùetter un mess

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 toutounette
 1588 messages

[Galerie] - [Blog]
Posté le 28-12-2006, à 19:39  
je ne l'ai pas vu ce film ça parle de quoi?
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 28-12-2006, à 20:00  
sur mon blog.

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 toutounette
 1588 messages

[Galerie] - [Blog]
Posté le 28-12-2006, à 20:44  
ça y est j'ai lu l'histoire ça a l'aire triste
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 28-12-2006, à 20:46  
mais a la fin ils se retrouvent.mais décidément un des 2 malamutes et le plus vieux chien sont morts.mais la finse termine bien.

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 lolotte1
 4 messages
Posté le 29-12-2006, à 16:09  
je l'aie vue ce film, il est trop horrible mais il est bien...larmes garantie !
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 30-12-2006, à 09:44  
mais moi je l'ai version walt dysney!!et dedands que 2 chiens sont morts!!

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 ricamel
 717 messages
connectée
Posté le 05-01-2007, à 11:48  
Ba moi je ne l'ai pas vu!!

------------------------------
i love the cat and the dog !! et jadore ce forum !
Il faut être inscrit pour répondre  
 toutounette
 1588 messages

[Galerie] - [Blog]
Posté le 05-01-2007, à 17:44  
c'est quoi le mieu,version walt disney ou l'autre??
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 10-02-2007, à 04:18  
je n'ai jamais vu ce film il a l'air interressant.

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 toutounette
 1588 messages

[Galerie] - [Blog]
Posté le 10-02-2007, à 20:41  
moi non plus je ne l'ai pas ve ,juste des extraits
Il faut être inscrit pour répondre  
 angenoir831
 2 messages

[Blog]
Posté le 10-02-2007, à 23:05  
moi je les vu il et magnifique ce films
sa fessai des moi et des moi que les chien etais en antartic tous seule et le mec a cru juste au bou
et ces bien grace a la toutoune maya que les autre etais encor en vie ^^
Il faut être inscrit pour répondre  
 toutounette
 1588 messages

[Galerie] - [Blog]
Posté le 11-02-2007, à 11:00  
ce film doit etre vraiment bien,mais emouvant
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 11-02-2007, à 17:03  
c'est le meilleur film du monde!

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 toutounette
 1588 messages

[Galerie] - [Blog]
Posté le 11-02-2007, à 21:31  
bon ba alors il faut vraiment que je le voit,lol
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 12-02-2007, à 01:05  
d'aprés vos explications il a l'air génial

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 toutounette
 1588 messages

[Galerie] - [Blog]
Posté le 12-02-2007, à 08:46  
oui,quand est il sortit?
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 12-02-2007, à 10:06  
je ne sais pas mais je l'ai eu en dvd a noel!

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 toutounette
 1588 messages

[Galerie] - [Blog]
Posté le 12-02-2007, à 12:34  
je vais essayer de le voir car avec tout ce que mabrouka a dit il a l'air genial
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 13-02-2007, à 18:08  
il faut que j'essaye de trouver ce film.IL a l'air génial.

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 06-04-2007, à 11:26  
en fait les gens(proprio des chiens) partent
et laissent les chiens seuls et d'un coup
ils peuvent plus les chercher!les chiens ce sauvent sauf Jack il a 10ans
et il y a un chien(Jack) qui meurt et le frere de Trouman(je sais plus son nom)il meurt en tombant d'une pente et a la fin c'est trop cool!
mais je vous dit pas le reste!

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 lolotte
 3217 messages

Posté le 06-04-2007, à 16:40  
Je l'ai vu mais pas version Disney mais l'ancienne version.
je pense qu'il est plus triste...
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 06-04-2007, à 16:56  
il y a un chien qui reste en vie dans la 1ere version?

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 lolotte
 3217 messages

Posté le 06-04-2007, à 16:57  
Il y en a deux : Taro et Giro
et tous les autres meurent de differentes facon (ils sont 12 au depart)
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 06-04-2007, à 17:04  
dans le walt disney il y en a 8 et les noms ne sont pas pareils.

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 07-04-2007, à 01:32  
Mais je suis trop bête je l'ai vu ce film !!!
Le moment ou le phoque sort de la carcasse de l'orque m'a fait trop fliper.

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 07-04-2007, à 13:50  
oh oui!!ça me fait peur!!Max a du courage il a sauvé maya!!

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 10-04-2007, à 01:42  
J'était dans une salle de cinéma et j'était tellement dans le film que j'avais oublier les autres personnes et quand j'ai vu le phoque j'ai crié...LA HONTE ...

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 10-04-2007, à 11:35  
moi je l'ai vu le soir apres le jour de Noel et des que le léopard de mer est sorti...
j'ai susauté comme une folle!!

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 10-04-2007, à 14:51  
Mais le léopard des mers est enorme !!!

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 aziz
 834 messages
Amandine
Posté le 10-04-2007, à 16:35  
MOI je connais pas !

------------------------------
la tite Amandine
Il faut être inscrit pour répondre  
 margauxe
 84 messages
Posté le 10-04-2007, à 18:51  
oui tu a raison moi aussie une fois j'ai criée heureusement ya presque personne qui ma entendu !!!! !!!!! moi sa va il été pas trop mal le film non???????? en tout cas moi je trouve qu'il été bien un peut triste mais bon
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 10-04-2007, à 18:58  
moi au début je croyais que Maya allait avoir des chiots!

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 margauxe
 84 messages
Posté le 10-04-2007, à 19:22  
oui tu a raison !!!! moi aussie je croyer mais bon elle en a pas fait domage
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 13-04-2007, à 02:52  
je me souviens plus trop des personnages

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 13-04-2007, à 09:06  
moi je sais plus le nom du frere de Trouman(c'est celui qui est tombé de la pente).

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 poulette
 322 messages
fan des animaux
[Galerie] - [Blog]
Posté le 13-04-2007, à 13:11  
Je l'ai vu il etait trop bien mais il y a des momment ou j'ai pleurer. Moi j'aime trop Maya la chienne de tete et lui qui a sauver Maya (je ne sais plus son nom)

------------------------------
j'adore les chats et les felins!!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 diablo
 1143 messages
Posté le 13-04-2007, à 18:42  
ouè tu a raison
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 14-04-2007, à 00:22  
voici se que j'ai trouvé.
Alors qu’ils mènent une expédition scientifique en plein Antarctique, le guide Jerry Shepard et le géologue Davis McClaren sont victimes d’un accident qui aurait pu être fatal si leurs chiens de traîneau ne les avaient pas tirés d’affaire.

Evacués d’urgence dans des conditions extrêmes, Jerry est contraint d’abandonner ses chiens au cœur d’un des hivers les plus redoutables que la zone polaire ait connus.

Livrés à eux-mêmes, les huit animaux vont tenter de survivre dans une nature aussi majestueuse que redoutable. Incapable d’oublier ses compagnons à quatre pattes, Jerry tente par tous les moyens de retourner sur place, mais les conditions météo l’en empêchent. Face aux pires conditions qui soient, humains et chiens vont tout affronter pour se retrouver…

Notes de Production:

Inspirée d’une histoire vraie, voici une des aventures les plus incroyables et les plus spectaculaires jamais contées. Au cœur des fascinants paysages du pôle Sud, dans une nature blanche et glacée que seuls quelques humains ont affronté, voici la saga de huit chiens livrés à eux-mêmes et de l’homme qui, malgré le danger, n’a pas voulu les abandonner. Dans des conditions extrêmes, c’est le souffle épique d’une bouleversante histoire d’amitié et de courage…

UNE HISTOIRE AUSSI SPECTACULAIRE QUE VRAIE

Lorsque le producteur David Hoberman a découvert le classique japonais de 1983, ANTARCTICA, réalisé par Koreyoshi Kurahara, il a été saisi par la puissance visuelle et émotionnelle du film. L’histoire de ces chiens luttant pour survivre associait un suspense et des sentiments incroyablement puissants. A l’époque, le film est d’ailleurs devenu le plus grand succès de tous les temps au Japon, et a tenu cette place pendant plus d’une décennie.

David Hoberman se souvient : « Cette histoire était magnifique. Elle avait la puissance d’une fable, et le lieu et les valeurs mises en jeu étaient très forts. Avec l’instinct de survie, l’entraide, l’amitié face à l’adversité, les sentiments étaient aussi purs que l’environnement contre lequel les protagonistes tentaient de survivre. J’ai eu envie de partager cette histoire, de la faire découvrir à tous les publics du monde. J’ai porté ce projet seul pendant des années, jusqu’à ce qu’un responsable des studios Disney découvre le film et décide de s’engager dessus. »

David DiGilio, jeune scénariste inscrit au programme d’écriture du Studio, se vit confier la mission d’écrire la première mouture du scénario. Passionné d’expéditions, DiGilio ne pouvait pas rêver d’une meilleure opportunité.

Il raconte : « L’idée d’écrire sur ce sujet m’a emballé. J’aime les grands espaces et j’adore les chiens. Pouvoir unir ces deux aspects dans une aventure inspirée de faits réels était une chance extraordinaire. J’avais aussi envie d’aborder les thèmes de l’amitié et de la fidélité. L’histoire nous montre que si, au-delà de nos différences, nous sommes unis, nous pouvons réussir. Tous ces personnages particuliers, chiens et humains, vont en faire l’expérience à un degré extrême… »

A partir des faits de la véritable expédition de 1957, DiGilio s’est documenté précisément sur l’histoire mouvementée des expéditions polaires pour ancrer son histoire dans un contexte plus proche. L’action du film est aujourd’hui située en 1993, ultime année durant laquelle les chiens de traîneau furent encore autorisés à participer à des expéditions en Antarctique. En effet, pour éviter que les chiens ne diffusent les maladies dont ils peuvent être porteurs, notamment auprès des phoques, ils sont désormais interdits sur ce continent préservé.

DiGilio a développé son histoire en imaginant une expédition scientifique lancée à la recherche de fragments de météorites. Jerry est un jeune homme indépendant, très proche de son attelage de chiens. Davis est un scientifique bourru qui veut juste oublier ce qu’il a vécu de terrible et Cooper, l’ami de Jerry, apporte légèreté et humour au trio. Autre personnage essentiel, Katie est la pilote experte qui sera assez folle pour aider Jerry dans sa plus dangereuse aventure.

Face à ces personnages, DiGilio a aussi imaginé huit protagonistes d’un genre un peu spécial. Même s’ils ne sont pas humains, ils devaient néanmoins faire preuve de courage, d’amitié, d’un esprit d’action qui leur soit propre puisqu’ils sont le plus souvent seuls face à l’aventure. Pour DiGilio, cette création de rôle inédite était l’occasion d’explorer la personnalité des chiens.

Le scénariste raconte : « Les chiens me passionnent. Beaucoup de gens l’ignorent, mais ce sont nos compagnons depuis plus de 14 000 ans ! Leur histoire et la nôtre sont étroitement mêlées et il existe un lien unique entre nos deux espèces. J’avoue qu’explorer leurs personnages est l’un des aspects du projet qui m’a le plus intéressé. Nous sommes en présence d’animaux domestiques qui sont tout à coup forcés d’affronter une nature dans laquelle l’homme n’est pas le maître. Ce film n’est pas seulement l’histoire d’humains confrontés aux forces de la nature, c’est aussi la nature face à elle-même, chiens contre Antarctique. »

Dans le groupe de chiens qui doit survivre, certaines personnalités vont émerger. Max, l’un des plus discrets membres de l’attelage, va révéler ses qualités dans l’adversité. DiGilio commente : « D’une certaine façon, Max le chien et Jerry ont plusieurs points communs. Les deux vont montrer leur vraie valeur dans l’épreuve. Max est d’abord un peu en marge de son groupe, mais il apprendra à faire preuve de responsabilité. De son côté, Jerry va mûrir, découvrir que l’on ne peut pas tout réussir seul… »

L’ambitieux scénario de David DiGilio aurait pu effrayer bien des cinéastes et en rester là, sauf à tomber entre les mains d’un des plus expérimentés et des plus aventureux d’entre eux : Frank Marshall.

Le réalisateur confie : « J’ai immédiatement été touché par l’histoire. Elle avait un potentiel visuel et émotionnel rare. Lorsque j’ai découvert le script, je ne savais même pas qu’il était inspiré d’une histoire vraie. Cette aventure est une fable intemporelle, universelle, qui met en scène les sentiments les plus purs qui soient. Tout est essentiel et nous touche au plus profond. Moi qui aime l’aventure, les chiens, les grands espaces et les sentiments poussés à l’extrême, je ne pouvais pas résister à l’envie de réunir tout cela au cinéma. »

Frank Marshall poursuit : « J’ai toujours aimé raconter les destinées de personnages qui, forcés par des circonstances extrêmes, révèlent ce qu’ils ont vraiment en eux. C’est dans ces moments-là que la puissance de l’esprit humain prend toute sa dimension. Les protagonistes humains et canins vont se trouver face à des situations exceptionnelles qui vont exiger d’eux tout ce qu’ils peuvent donner, sur tous les plans. Chacun des personnages va accomplir son propre parcours, devenir et se révéler. »

Lorsque Frank Marshall entendit parler de la véritable expédition japonaise et du film qui en avait déjà été tiré, il fut encore plus intrigué et rencontra le producteur, Masaru Kakutani. L’homme lui raconta ses rencontres avec les véritables membres de l’expédition de 1957.

Parallèlement, Marshall demanda à l’une de ses amies, Susan Butcher, quatre fois vainqueur de l’une des plus grandes courses de chiens de traîneau du monde, l’Iditarod, de lui apprendre tout ce qu’elle pouvait sur les huskies, leur esprit et leurs remarquables capacités.

DES HEROS QUI ONT DU CHIEN

L’un des plus grands challenges du film était de réunir huit comédiens d’un genre inhabituel, capables de restituer l’action et l’émotion de leur spectaculaire aventure. Frank Marshall s’est tourné vers Birds & Animals, l’une des sociétés d’entraînement animal les plus réputées de Hollywood.

Le réalisateur explique : « Le casting des chiens était un point crucial. Chacun devait avoir sa propre personnalité et être malgré tout capable de fonctionner en groupe. Ils devaient être assez différents physiquement, faire preuve de traits de caractère distincts pour qu’à l’écran, on ne risque jamais de les confondre. »

Après un processus de sélection, Birds & Animals a réuni un groupe aussi éclectique que riche avec notamment, Koda Bear, âgée de sept ans, qui joue Maya, la chienne de tête, D.J., âgé de six ans qui joue Max, Noble, trois ans, qui joue Shadow, Dino, deux ans, qui joue Buck, Floyd, quatre ans et Sitka, trois ans, qui jouent les jumeaux Dewey et Truman, Jasper, qui joue Shorty le rebelle et Apache, quatre ans, qui joue l’ancien de la meute, Old Jack.

« Nous avons rencontré énormément de chiens, raconte Frank Marshall. J’ai tout de suite remarqué Koda Bear et D.J.. La première joue Maya, la meneuse et le second Max, celui qui se révèle au cours du périple. Koda Bear a vraiment beaucoup d’allure, elle a cette beauté et cette autorité maternelle qui vont à son rôle. D.J. est un athlète impressionnant et ses yeux d’un bleu pur sont remarquablement expressifs. »

Sur le plateau, entre les chiens, leurs doublures traîneau et les autres animaux qui pouvaient partiellement les remplacer pour certaines scènes, il y avait toujours des dizaines de chiens. Chacun d’eux était entraîné à accomplir ce qu’exigeait le scénario, comme par exemple retirer son collier ou transporter des oiseaux vivants dans leur gueule, ou même se battre contre un phoque animatronique. Ce travail d’entraînement titanesque a été coordonné par Mike Alexander, l’un des maîtres en la matière.

Et d’intervenir : « Lorsque j’ai découvert le scénario, je me suis demandé comment on allait pouvoir réaliser tout ce qui était décrit. Je n’avais jamais vu autant d’actions complexes impliquant autant d’animaux. »

Les chiens ont commencé leur entraînement en Californie puis, trois mois avant le début du tournage, la meute et les 20 dresseurs sont partis sur un domaine enneigé près de Smithers, au Canada, pour s’acclimater au froid et à la glace. Toute la spécificité de leur entraînement consistait à leur apprendre à exécuter des actions mais aussi à véhiculer des émotions.

Mike Alexander explique : « Frank souhaitait que l’on puisse obtenir de petites expressions, des regards, des attitudes qui expriment les sentiments. Nous avons aussi passé beaucoup de temps à développer la relation entre les chiens eux-mêmes pour qu’ils puissent être proches et donner l’image d’un groupe solidaire et affectueux. »

Pendant le développement de cette gamme de jeu, l’entraînement plus physique se poursuivait. Les chiens ont dû apprendre à capturer des oiseaux en vol - un résultat obtenu en les habituant à sauter après des jouets suspendus à des perches - mais aussi à nager dans une fine couche de glace. Il a également fallu leur apprendre à être enfouis sous la neige.

Mike Alexander confie : « Tout cela s’est fait très progressivement et en parfaite sécurité pour les animaux. Dans le dernier cas, nous les avons d’abord habitués à recevoir un peu de neige sur eux, puis à se coucher dans un tas et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils acceptent d’être ensevelis sous les flocons ! »

Les actions les plus simples n’étaient pas forcément les plus faciles à obtenir. Alexander se souvient : « Nous avions besoin que les chiens regardent Paul/Jerry de la façon la plus affectueuse et la plus naturelle qui soit. Or, leur regard se portait légitimement vers leurs soigneurs. Paul s’est beaucoup investi avec nous pour passer du temps avec les chiens. Il a ainsi réussi à développer un vrai lien avec eux. Du coup, dans l’action, les animaux le regardaient comme l’un de leurs maîtres. »

Chaque chien avait deux soigneurs-dresseurs qui étaient à proximité même pendant les prises. Cette présence posait un vrai problème car elle ne devait jamais être soupçonnée à l’image.

Mike Alexander commente : « Les chiens ont été remarquables. Nous avons obtenu tout ce que nous voulions, avec une touche d’émotion en plus. Ce qu’il y a d’amusant, c’est que leur groupe s’est comporté selon sa propre hiérarchie, et le plus extraordinaire, c’est qu’elle était exactement celle de l’histoire ! »

Frank Marshall intervient : « D’une certaine façon, ils sont comme les comédiens humains. Ils doivent répéter leurs scènes et être prêts pour tourner. Il y a cependant une différence au niveau de leur cantine et de la distance de jogging qu’ils accomplissent pour être en forme ! La direction de jeu ne se fait pas non plus de la même façon. Avec les chiens, vous dites ce que vous voulez obtenir au dresseur, qui s’adresse à son tour au chien. Cela donnait parfois des situations surréalistes et hilarantes où, à la limite du champ de la caméra, vous aviez huit dresseurs en train de parler chacun à leur animal ! Tout cela demandait une grande coordination et une attention de tous les instants ! »

LA LOYAUTE PLUS FORTE QUE LE DANGER

Alors que les chiens d’ANTARTICA sont perdus au milieu d’une tempête historique, le guide et musher Jerry Shepard ne peut renoncer à laisser ceux à qui il doit la vie. Par amitié, par loyauté, il va se lancer dans la plus risquée des expéditions…

Pour incarner Jerry, il fallait à la fois un comédien charismatique et capable d’assumer tous les aspects physiques du rôle. Le producteur Pat Crowley déclare : « Paul allie parfaitement le talent d’acteur aux performances de l’athlète. Ce n’est pas seulement l’un des meilleurs interprètes de sa génération, il est aussi expert en escalade, en ski, en surf et en course automobile. Il est parfaitement crédible en aventurier et sa relation avec les chiens est réellement impressionnante. »

Paul Walker commente : « Il est certain que l’histoire m’a parlé, que je me suis senti en phase avec ce personnage. J’ai été touché que Frank Marshall me dise qu’il trouvait des similitudes entre Jerry et moi. J’aime l’idée de survivre face aux pires conditions et de rester fidèle à ceux que l’on aime quoi qu’il arrive. Frank m’avait aussi prévenu que le rôle serait exigeant et que le tournage ne serait pas facile. Pourtant, avec lui, même par ce vent glacial, l’ambiance est restée très chaleureuse ! »

Le comédien ajoute : « Comme Jerry, j’aime aller au bout de moi-même ; expérimenter un maximum de choses puissantes m’intéresse. C’est un personnage attachant. A travers cette histoire, il va grandir, accepter ses sentiments, sa sensibilité. Je crois qu’au départ, il se sent plus proche de ses chiens que des humains parce qu’avec eux, il n’a pas peur d’être jugé. L’épreuve va lui apprendre qu’il doit faire confiance à ses semblables. »

Une fois engagé sur le projet, Paul Walker s’est entraîné avec un musher professionnel pour apprendre tous les trucs et maîtriser l’aspect technique de son rôle. Il a passé beaucoup de temps avec ses compagnons de jeu à quatre pattes. Il confie : « J’ai grandi avec des chiens à la maison. Travailler avec ceux du film a été une grande expérience. Ils avaient chacun leur caractère. J’ai eu la chance de vraiment vivre avec eux, nous avons fait du traîneau ensemble et c’était génial. »

Paul Walker ajoute : « Tout n’a pas été facile sur le film, particulièrement les conditions de tournage. Mais cela a nourri mon jeu. Quand vous grelottez, que vous êtes épuisé, que le vent vous chahute à vous rendre fou, vous découvrez votre limite et c’est un sentiment que j’aime. Dans ces conditions-là, vous savez vraiment à qui vous avez affaire. Plus de superflu, plus d’apparence, la véritable limite est là. Comme dans l’histoire, nous n’aurions pas pu faire le film si un seul maillon de l’équipe avait cédé. La loyauté et l’affection sont ce qui vous fait tenir le plus loin. »

IL N’Y A QUE L’HUMOUR QUI SAUVE

Charlie Cooper est le cartographe de l’expédition, mais il est aussi le meilleur ami de Jerry. Ce personnage assez inadapté à l’Antarctique est à l’origine de nombreux moments d’humour et de complicité. Jason Biggs, la star comique révélée par la série des AMERICAN PIE, aborde avec lui un nouveau registre.

Depuis le début, Frank Marshall voyait le personnage de Cooper comme une bouffée de légèreté et de fantaisie dans l’univers polaire. Le réalisateur explique : « Lorsque nous avons mené des recherches sur les expéditions polaires, nous nous sommes aperçus qu’elles avaient attiré de nombreux personnages hauts en couleur, parfois très loufoques. Cooper est leur digne représentant. Pour supporter les conditions épouvantables qu’impose cet univers inhospitalier, il utilise son sens de l’humour. »

Le réalisateur ajoute : « Lorsque j’ai appris que Jason Biggs était intéressé par le rôle, j’ai été surpris et curieux. Avec lui, l’histoire s’enrichit encore sur un autre plan. Il complète parfaitement l’ensemble. »

Jason Biggs déclare : « J’ai tout de suite aimé cette histoire. Elle me touche d’autant plus depuis que je sais qu’elle est réellement arrivée. C’est du vrai cinéma, avec des situations incroyables, des sentiments universels. J’aime l’idée que les gens puissent compter les uns sur les autres quelles que soient les conditions. Le film était aussi pour moi l’occasion d’aborder un nouveau genre, c’est mon premier film d’action et j’ai toujours été attiré par cela. »

Il poursuit : « Nous avons tourné dans des endroits incroyables. Nous étions, parfois, perdus au milieu de nulle part, dans une immensité blanche sans aucun élément de notre civilisation. C’était étrange, mais la beauté des paysages dépassait de loin tout autre sentiment »

Jason Biggs ajoute : « Je dois avouer que je n’ai pas de lien particulier avec les chiens. Pourtant, après cette expérience, je les trouve très impressionnants et j’ai vraiment aimé travaillé avec eux. En plus d’être tout doux, ce sont d’excellents acteurs ! Ils font des tas de trucs dont je suis incapable ! »

L’ESPOIR DONNE DES AILES

Alors que la tempête polaire se déchaîne, le destin des chiens abandonnés repose plus que jamais sur le tempérament et les aptitudes de Katie. Elle seule peut prendre le risque de piloter dans ces conditions extrêmes pour aller les chercher. C’est également grâce à elle que Jerry va prendre conscience de beaucoup de choses.

Le producteur Pat Crowley explique : « Il n’était pas évident de trouver une actrice qui soit crédible dans le rôle d’une pilote capable de contrôler un avion ou un hélicoptère dans des conditions de tempête polaire, mais qui dégage aussi assez de confiance en elle pour évoluer dans cet univers. Nous avons été emballés lorsque nous avons découvert Moon Bloodgood. Elle a beau débuter sa carrière, elle fait déjà preuve de toutes les qualités d’une star accomplie. »

Frank Marshall confirme : « Elle a l’extrême intelligence de son personnage et elle incarne à merveille ce qui, dans le film, fait mûrir Jerry et le pousse à aller de l’avant. Le fait que Moon ne soit pas encore très connue apporte en plus une vraie fraîcheur et fait de son personnage quelqu’un d’unique. »

L’actrice confie : « Les vrais rôles féminins ne sont pas si nombreux et celui-là est une occasion rare. Katie est capable de vivre dans ce monde rude tout en restant féminine. Elle ne renonce jamais, elle veut tout vivre, et à fond. Elle a compris que Jerry cachait une partie de ses émotions. Elle est une des personnes qui le connaît le mieux, elle sait aussi quelle importance ont ses chiens pour lui. »

L’actrice poursuit : « Jouer avec Paul Walker était passionnant. Il dégage quelque chose d’assez proche de son personnage. Il est à l’aise dans les éléments déchaînés, la nature lui va bien. Travailler avec Jason est assez réjouissant, et Bruce Greenwood possède une élégance naturelle incroyable. J’ai aussi adoré travailler avec les chiens, je m’y suis beaucoup attachée.

« Même si le tournage a parfois été physiquement éprouvant, c’était une chance absolue de servir cette histoire dans des paysages aussi beaux et avec cette équipe-là. »

LA SCIENCE AVANT DE DECOUVRIR LA VIE

Davis McClaren est un scientifique uniquement préoccupé par l’envie de découvrir une mystérieuse météorite prisonnière des glaces de l’Antarctique. C’est l’acteur canadien Bruce Greenwood qui a été choisi pour incarner ce personnage entièrement dédié à sa quête, avant qu’il ne découvre autre chose…

Greenwood a grandi au pied des pistes près de Vancouver, est passionné de ski, au point d’aller pratiquer sur l’Himalaya ou dans l’extrême Nord canadien. Son père était géologue. La connexion avec le personnage s’est faite sans difficulté.

Frank Marshall commente : « Bruce est un acteur d’une très grande réputation. Chacun de ses rôles a prouvé son élégance, son charisme. J’aimais l’idée d’opposer quelqu’un d’extrêmement cérébral au personnage de Jerry. La culture qu’il a de la neige et des milieux montagneux, la profession de son père et bien sûr son talent nous ont convaincu qu’il était idéal pour ce rôle. »

Bruce Greenwood commente : « J’aime les aventures authentiques, et celle-là en est une magnifique. Enfant, je dévorais les récits d’expéditions polaires, ceux sur Ernest Shackleton, ou le périple de Roald Amundsen jusqu’au pôle Sud. Cet univers fait vraiment partie de moi. L’idée de pouvoir approcher ce monde-là, même à travers un tournage, me passionnait. ANTARTICA est un voyage extraordinaire dans ces contrées, à travers une aventure fascinante. Ce genre d’environnement vous met face à votre conscience. »

L’acteur poursuit : « Davis est venu en Antarctique pour découvrir une météorite. Les événements vont lui faire changer de priorité. Au début, je crois qu’il voit les chiens comme de simples outils qui vont le conduire jusqu’à ce qu’il cherche. En voyant Jerry se battre pour sauver ces animaux, il prend conscience de ce qu’est un sacrifice, de ce qu’est la loyauté. »

Bruce Greenwood ajoute : « En travaillant au quotidien avec ces chiens, j’ai moi-même réalisé ce qu’ils sont vraiment. Quand ils sont en attelage, ils jappent et sautent d’impatience avant de s’élancer. Ils aiment ce qu’ils font. Glisser sur un traîneau tiré par des chiens est une des expériences les plus étonnantes de ma vie. Après le chaos de la marche et des véhicules à moteur, soudain, vous glissez dans le souffle du vent, les courbes sont fluides, même la vitesse est douce, tout est souple. C’est assez magique ! »

L’acteur précise : « La compagnie des humains était très agréable aussi ! Jason Biggs est irrésistible, Moon Bloodgood dégage une énergie très positive et Paul Walker était l’homme idéal pour incarner Jerry. »

RECREER LA DANGEREUSE BEAUTE D’UN CONTINENT

Inaccessible, inhospitalier, terre de légende et d’aventures hors normes, l’Antarctique est l’un des endroits les moins visités du monde. Avec des vents à 120 km/h en moyenne et des températures si basses qu’elles finissent par rendre l’acier cassant, ce continent est le seul qui aura résisté à l’implantation humaine.

Frank Marshall déclare : « Même si nous souhaitions restituer toute la beauté et la vérité de ce lieu mythique, il était malheureusement impossible d’y expédier une équipe de tournage dans des conditions acceptables. »

Le réalisateur poursuit : « Le tournage de ANTARTICA est le plus complexe et le plus spectaculaire que j’aie jamais connu. Nous avons tourné en plein Sahara pour LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE, je me suis retrouvé piégé sur un glacier à plus de 3 000 mètres d’altitude pour LES SURVIVANTS, mais je n’avais aucune idée de ce qui nous attendait sur ce projet-là. Souvent, j’ai trouvé que notre façon de travailler ressemblait beaucoup à l’histoire que nous racontions. C’était une lutte perpétuelle contre les éléments, mais comme dans le film, nous étions solidaires ! »

Frank Marshall explique : « L’Antarctique est l’endroit le plus froid, le plus sec et le plus venteux de notre planète. C’est réellement le bout du monde ! 98 % du continent est recouvert de glace et les 2 % restants sont du roc déchiqueté. Aucune communauté n’a réussi à s’installer durablement là-bas. Il n’y a que certaines espèces de phoques et de pingouins pour voir passer les rares hommes qui ont le courage de s’y aventurer. »

L’Antarctique est avant tout un lieu d’étude où des missions internationales se relaient pour travailler sur le réchauffement climatique, pour analyser la calotte glaciaire, scruter le ciel et observer les phénomènes météorologiques en tous genres. Depuis que l’homme y a pris pied au XIXe siècle, seuls ceux qui avaient une bonne raison ont réussi à y rester quelque temps.

Pour trouver des lieux crédibles et plus faciles d’accès, le réalisateur a fait appel au spécialiste des repérages en montagne, Robin Mounsey. Après des recherches intensives, celui-ci a fini par trouver les lieux capables de figurer de manière authentique ce continent mythique à l’écran.

Avec Frank Marshall, il a choisi une petite station de ski d’altitude, Smithers, située à 1200 kilomètres au nord de Vancouver, au Canada, comme base principale. Smithers est bâtie sur un immense plateau qui offrait une parfaite reproduction des magnifiques paysages antarctiques. Certains plans ont également été tournés à Stewart, non loin de l’Alaska, mais situé comme Smithers dans la province de Colombie Britannique. Une partie du tournage s’est également déroulée au Groenland et sur les glaciers du Spitzberg, en Norvège.

Pour l’équipe du chef décorateur John Willett, l’arrivée à Smithers restera un souvenir inoubliable. C’était la première fois qu’il devait construire un décor, en l’occurrence celui des bases scientifiques américaine et italienne, par des températures avoisinant les -20 °C et des vents persistants approchant les 60 km/h…

Pour créer ses décors, Willett a étudié les bases existant en Antarctique, notamment celle de McMurdo qui peut accueillir plus de 1 000 chercheurs en été mais ne peut plus en abriter que 250 dans les rudes mois d’hiver.

Le chef décorateur explique : « McMurdo est une sorte de village replié sur lui-même et peuplé d’habitants assez individualistes, unis par la nécessité commune d’être sur place pour faire leur travail. C’est une composante qui influence le climat humain et la disposition des lieux. Nous voulions plonger les spectateurs dans ces lieux à part, ce monde fermé qui résiste à l’environnement extérieur. Là-bas, tous les hommes sont solidaires parce que les conditions de vie sont exceptionnellement rudes. »

Tourner à Smithers a été effectivement plus simple que tourner en Antarctique, même si cela n’a pas été facile pour autant…

Frank Marshall raconte : « Le temps peut changer du tout en tout en quelques minutes. Chaque jour, nous préparions trois types de scènes différentes pour être certains de pouvoir en tourner au moins une selon les conditions. Il fallait toujours s’adapter et affronter au minimum le vent, la neige et l’humidité. Le simple fait d’empêcher les flocons de venir se coller aux objectifs des caméras était déjà une épreuve ! »

Tout le monde était emmitouflé dans plusieurs couches de vêtements techniques et protégé par d’épaisses doudounes de duvet, ce qui rendait la plupart des gens méconnaissables. Malgré ces circonstances, le directeur de la photo Don Burgess était vraiment heureux de braver ce temps pour obtenir d’aussi belles images. Habitué des documentaires les plus pointus dans les environnements les plus difficiles, alpiniste chevronné, reporter pour des épreuves de ski internationales et ayant à son actif le redoutable tournage de A BOUT DE FORCE en Alaska ou l’univers glacé du POLE EXPRESS, il était parfaitement dans son élément.

Sachant à quoi il s’attaquait, le directeur de la photo avait minutieusement préparé le tournage. Il raconte : « Avant de partir tourner dans ces contrées, tout le matériel doit être adapté aux conditions extrêmes. Les caméras doivent être entièrement démontées, relubrifiées, les boîtiers doivent être équipés pour le grand froid et les objectifs traités contre la buée. Vous devez savoir que le froid affaiblira toutes vos batteries électriques et qu’il faut au minimum les doubler. Cela peut passer pour des détails, mais ils sont essentiels. »

Le producteur David Hoberman commente : « Don a vraiment fait un travail incroyable. Ses images restituent toute la dimension épique de l’aventure, elles sont impressionnantes. »

L’un des autres obstacles logistiques concernait le transport des personnes et du matériel sur les lieux de tournage. Frank Marshall raconte : « Nous avons découvert la solution au Groenland. Les militaires suédois ont un véhicule incroyable, le Hagglund, un monstre monté sur chenilles qui peut emmener jusqu’à 120 personnes en un voyage. Avec cet engin de science-fiction, les trajets devenaient un jeu d’enfant. C’est tellement impressionnant que j’ai tout de suite décidé de l’inclure au scénario. »

Malgré la maîtrise de l’équipe, certaines scènes étaient définitivement trop dangereuses pour être tournées en décors naturels. Le cas s’est posé pour celle où chiens et humains se retrouvent dans l’eau et la glace brisée. John Willett raconte : « Nous avons reconstitué une importante part de paysage sur un immense plateau. Cela devait ressembler aux fjords que l’on trouve au Groenland. J’ai eu l’occasion d’y aller à de nombreuses reprises et j’avais toute la documentation nécessaire. Techniquement, le plateau devait présenter toutes les formes d’eau, en neige, en glace, en flocons, mais aussi permettre la manipulation d’animaux animatroniques comme les phoques. »

C’est à Stan Winston qu’a été confié le soin de donner vie aux créatures artificielles. Le spécialiste oscarisé et Frank Marshall se connaissaient depuis JURASSIC PARK. Le réalisateur explique : « Stan est le seul qui puisse donner autant de réalisme à ces créatures. » Elles ont été ensuite recouvertes de beurre de cacahuète pour que les chiens aient vraiment envie de se jeter dessus…

Pat Crowley conclut : « Au-delà de toutes les performances techniques qu’a exigées ANTARTICA, nous nous sommes tous attachés à raconter une histoire qui emmènera le public là où personne ne va, à travers une histoire forte qu’il est difficile d’oublier. »

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 aussie
 2549 messages
I love animo
[Galerie]
Posté le 14-04-2007, à 00:41  











C'est mon préféré:



Et voici un lien pour visionner la bande annonces et 2 extrait:
http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://www.commeaucinema.com/images/galerie/50890_22626df0e4651d99a653905abb8069e6.jpg&imgrefurl=http://www.commeaucinema.com/film%3D50890.html&h=174&w=260&sz=9&hl=fr&start=2&um=1&tbnid=mX26aQNd7lnNEM:&tbnh=75&tbnw=112&prev=/images%3Fq%3Dchien%2Bd%2527antartica%26svnum%3D10%26um%3D1%26hl%3Dfr%26sa%3DN

------------------------------
VANINA, BALZAC ... JE VOUS AIME FOR EVER !!!
Il faut être inscrit pour répondre  
 mabrouka
 4808 messages
Amoureusee <3
[Blog]
Posté le 15-04-2007, à 18:45  
il s'appelle comment le frere de Trouman?

------------------------------
Argentou'w, ma vie, mon essentiel' ...JUMEL'
Il faut être inscrit pour répondre  
 diablo
 1143 messages
Posté le 24-04-2007, à 10:42  
oui il s'appelle coment ??????????
Il faut être inscrit pour répondre